De l'or et de l'argent dans les milieux autonomistes et survivalistes – Partie 3

Publié
Commentaires Aucun

De l’investissement dans la terre.

Cet article fait suite aux billets sur l’or et l’argent

Bon nombre de survivalistes possèdent ou ont pour objectif d’acheter une BAD (Base Autonome Durable), comprenez pour les non-initiés, une maison de campagne qui vous permet d’être quasi autonome et énergie, eau et nourriture. L’intérêt étant d’assurer une subsistance à soi et à sa famille en cas de gros pépin.
En d’autres termes, il s’agit d’une forme d’investissement d’assurance vie, et en même temps d’une mise à l’abri de l’épargne sous forme de terra arable. On pourrait naïvement estimer que placer toutes ses économies dans l’achat de terre est une bonne assurance pour soi et sa descendance. Or, une fois de plus, cette affirmation est à nuancer.

Les avantages d’un tel investissement sont évidents :

• Possibilité d’avoir un bon cadre de vie, et d’élever ses enfants dans un environnement sain
• Manger sainement et pour pas cher
• En cas de problème, vous avez une probabilité plus élevée de bien vous en sortir (par rapport à vos semblables citadins)

En revanche, les désavantages sont très loin d’être négligeables :

• La terre (ou une maison) ne se déplace pas, ne s’enterre pas, et est soumise aux affres du temps
• La terre ne peut pas se cacher, votre investissement est aussi vulnérable à l’État qu’un compte en banque
• Une terre se confisque, se vole, ou peut être irrémédiablement polluée

Le survivaliste niais me répondra qu’il est prêt à défendre sa terre. Balivernes, si un organe étatique ou milicien décide de vous confisquer votre terre, tout acte de défense se soldera par votre mort et celle de votre famille. Les exemples de confiscation de terres au travers de l’histoire sont légion. Juste quelques exemples :

URSS et autres pays de l’est : Kolkhoze et koulaks
koulaks

Au final, les rebelles qui ont voulu défendre leur terre ont fini une balle dans la tête ou morts de faim…
Pour ma propre famille, la disparition de la communauté Grecque d’Asie mineure :

smyrne

Génocidée sans pitié par les musulmans turcs.
Actuellement, la saisie des terres des fermiers blancs en Afrique du sud…

Bref, la triste liste serait sans fin.

Sachez, pour votre information, que la République Française envisage un plan très particulier pour renflouer ses caisses en cas de crise de la dette grave : Il est envisagé de nationaliser d’office une partie de toutes les terres privées, et d’en faire payer un loyer par le propriétaire… Elle n’est pas belle la vie ?

Ci-dessous un extrait du rapport en question :

Republique

“La soutenabilité d’une dette publique excessive pourrait être crédibilisée en rééquilibrant comptablement le bilan patrimonial de l’État, par la voie d’un transfert d’actifs depuis le bilan des agents économiques privés résidents, ce transfert étant assimilable à un impôt exceptionnel sur le capital. Concrètement, une façon de procéder consisterait en ce que l’État décrète qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels, à hauteur d’une fraction fixée de leur valeur, et que ce nouveau droit de propriété est désormais incessible. En conséquence, l’État deviendrait créditeur d’une somme annuelle, correspondant à une part de la fraction de la rente immobilière associée à la copossession du terrain.

Concrètement, cette rente immobilière elle-même équivaut à une partie du loyer qu’un propriétaire touche lorsqu’il loue son bien, celle qui relève de la rémunération du droit d’occupation du sol (actif non produit), l’autre partie correspondant au paiement par le locataire d’une consommation de service de logement, lié à l’occupation de la maison ou de l’appartement loué (actif produit).

Tout propriétaire, désormais redevable de cette somme à l’État, pourrait choisir de ne pas la payer. Dans ce cas, la fraction du terrain possédée par l’État augmenterait d’autant d’année en année. L’État récupèrerait alors la somme due lors de la première transaction qui interviendrait sur le bien immobilier, lors de la vente ou de la transmission à un héritier. “

Source :
France Stratégie : http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/note_danalyse_ndeg62_-_comment_assurer_la_resorption_des_dettes_publiques_en_zone_euro_-_web.pdf

Autre risque, qu’en cas de famine, la République saisisse vos terres pour les redistribuer à des envahisseurs trop flemmards pour planter la moindre patate…

Alors, comment diminuer le risque me demanderez-vous ?

Pas simple, ça nécessite de l’argent. Si vous souhaitez investir dans la terre, choisissez des pays stables à long terme, accessibles rapidement en transport, et dans la mesure du possible, multipliez les achats dans plusieurs pays. De cette façon, vous diluez le risque.

N’oubliez pas non plus que de nombreux pays imposent une taxe foncière.
En d’autre termes, si elle ne vous rapporte pas, la terre vous coûte. Vous pouvez limiter cette perte, ou générer une plus-value en louant vos terres à des agriculteurs.
Tous les mois vous toucherez un loyer.
C’est dans l’ensemble plus sûr qu’un investissement locatif (pas de soucis de locataires, de dégradations, …).

Finissons sur une note positive: le prix des terres arables des pays de l’est va très probablement s’envoler ces prochaines années, et ce mécaniquement en raison de l’augmentation de la population mondiale, les terres cultivables étant un bien impossible à fabriquer artificiellement (PI : des fonds d’investissement étrangers et l’état Chinois achètent déjà massivement les meilleures terres arables en Europe).

Donc, un investissement réfléchi, et géographiquement bien réparti peut répondre à vos besoins de survivaliste (assurance vie), et générer une plus-value fort sympathique.

Conclusion pour la terre : Oui, mais de façon réfléchie, et nécessite des fonds importants pour acheter des dizaines ou centaines d’HA dans plusieurs pays.

Conclusion globale :

Au vu de tout ce qui a été dit, voici ce que je vous propose :

• Un peu d’onces d’argent, si vous voulez jouer au spéculateur
• Des pièces de 5F semeuse argent, un peu, pour acheter la farine au voisin
• Du napoléon, permet de soustraire son épargne au regard de l’État, et permets d’acheter en cas de problème.
• De la terre, bien placée, et si possible diversifiée géographiquement et qualitativement.
• Un bon portefeuille d’actions, pour se gaver en profitant du système actuel tant que l’ouragan paraît loin, celui-ci devra être réinvesti dans les éléments précédents quand la tempête se rapprochera un peu trop à votre goût

À ne pas faire :

• Beaucoup d’onces d’argent
• Acheter des lingtos, lingotins, ou autres machins exotiques à forte prime et faible liquidité
• Acheter toutes ses terres au même endroit, dans le même pays
• Se déconnecter dès maintenant et en totalité du système financier actuel, qui offre encore de bonnes perspectives pour s’en mettre plein les poches
• Placer toutes ses économies dans des briquets ou en boîtes de conserve

A bientôt, et prenez soin de vous.

Auteur

Commentaires

Commentaires fermés pour cet article.

← Plus anciens Plus récents →